Département de la Seine-Saint-Denis | La Culture et l'Art au Collège

Edition | Année parcours : 2017

Informations sur le parcours à la date du : 23/11/2017

Composition(s)

Coordonnées du collège
  • Collège affecté : Collège Aime et Eugenie Cotton
  • Ville : LE BLANC-MESNIL
  • Classe : autre 
Coordonnées de la structure
  • Nom de la structure : Citoyenneté Jeunesse
Coordonnées de la personne ressource
  • Identité : Monsieur Jean-Michel Gourden

1. Articulation avec un processus de création :

Le parcours a un lien avec la création / le projet scientifique en cours ou à venir

Projets artistiques/scientifiques en cours ou à venir de l'artiste ou du scientifique menant le parcours
  • Illustratrice et plasticienne, Sophie Gaucher est diplômée de l’Ecole Européenne de l’Image (Poitiers) et de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts (Paris). Elle s’exprime d’abord et avant tout par le dessin mais sa démarche de création s’ouvre sur un champ plastique très vaste : sculpture, photographie et plus récemment l’animation. Son travail, tantôt nomade, peut s’établir par une correspondance qui engage à des collaborations multiples et dans tous les domaines (metteur en scène, écrivain, éditeurs). Dans cette perspective, elle participe, depuis 2006, à de nombreux projets collaboratifs notamment avec des éditeurs en France et à l’étranger. Elle a, par ailleurs, collaboré étroitement avec la vidéothèque nomade (Bruxelles) et le Museum Quality (New York). S’inspirant du procédé des grotesques, elle investit la technique du dessin en direct avec des performances dessinées sur des façades architecturales (2014-2015). A la suite de sa résidence de création à La Source (La Guéroulde), Sophie Gaucher à réalisé « Le fictionnaire », (film d’animation, mai 2016) et le court-métrage « House of Miracles » (en collaboration avec Ross Blake, 2016). En 2017, en parallèle du développement de la revue « Composition » qu’elle a co-créée avec Dorothée Davoise, elle participera à une exposition collective au Pré-Saint Gervais et bénéficiera de sa propre exposition à Paris (20e arr.). L’artiste poursuit actuellement le projet de création de film animé intitulé « Dialogues » qui sera réalisé à partir d’une pellicule de film argentique (35mm). « Au départ, cette bande servait de support pour le doublage des voix off. Avec ce projet, j’aimerais cristalliser le rapport du texte à l'image, sa projection, et son mouvement. » Une première présentation de ce projet aura lieu au mois de mars 2018. « Dans la continuité de « Dialogues », l’idée sera de conduire les élèves à s’interroger sur les passerelles à construire entre mots et images. A partir de supports comme les silhouettes, les lignes ou les ombres, ils créeront leurs compositions plastiques. Tout l’enjeu pour eux sera d’être en mesure de mettre des mots en images et des images en mots ».
Articulation du parcours avec ces projets
  • C’est sur la base de ses réalisations récentes de films courts animés, « Le fictionnaire » (2016) et « Dialogues » (projet en cours), que Sophie Gaucher souhaite transmettre son travail de création, ses recherches et ses questionnements. Elle proposera ainsi aux élèves de la classe d’Ulis de mener un travail autour de la mise en scène, de la composition et de mise en mots. Les jeunes aborderont la question de la silhouette sous toutes ses formes à travers plusieurs séquences graphiques. Ces dernières les amèneront à expérimenter différentes approches de composition mettant en regard - en dialogue - les images et les mots. « Avec ce travail autour de la silhouette et des formes, j’aimerais revenir avec les élèves aux origines du dessin, du primitif au contemporain. L’origine de l’art de l’ombre est très ancienne et certains la font remonter à la légende, racontée par Pline l'Ancien, de Dibutade fille du potier corinthien Boutadès, dessinant sur le mur pour garder son image, l’ombre de son amant qui s’en va. Le mythe fut considéré au début XVIIIe siècle comme l’origine de la peinture. »

2. Construction du parcours (pendant le temps scolaire et avec une classe donnée)

L'artiste, le scientifique a t'il déjà mené un parcours CAC lors des éditions précédentes ? Si oui, précisez dans quel collège, la ville et ce qui motive le renouvellement de sa candidature.
  • Sophie Gaucher a déjà collaboré avec Citoyenneté Jeunesse en 2015- 2016. Le parcours se nommait « Dessins nomades – Points de vue sur les espaces familiers » (collège Jean Moulin à Montreuil) et « Miroirs » (Collège Albert Camus Neuilly sur Marne). Par le biais de ces parcours, les élèves ont expérimenté le dessin nomade, la cartographie en transposant les lieux observés en autant d’expérimentations graphiques. En 2016- 2017 elle a mené un projet intitulé « Correspondances et Cartographie » dans lequel deux classes au sein de deux établissements différents (Montfermeil) ont été sensibilisé au Mail art et ont entretenu une correspondance éditoriale. L’artiste mènera cette année un projet différent, dans la continuité de sa démarche initiée avec le projet « Dialogues ». Les élèves de la classe ULIS du collège Aimé et Eugénie Cotton (Le Blanc-Mesnil) seront engagés dans une réflexion autour de la silhouette dessinée, sur la base d’un travail de mise en jeu des lumières, des mouvements et des mots. Le résultat de ces expérimentations graphiques donnera lieu à des objets d’exposition et d’édition.

L'atelier construit et encadré par l'artiste / le scientifique se déroule sur une durée d'environ 20 heures

Atelier (environ 20h)
  • Dans le cadre des ateliers l‘artiste initiera, à travers plusieurs séquences, une démarche graphique, de composition à partir des motifs créés par les silhouettes. Les élèves seront invités à se raconter, en mots et en images. De ces dialogues visuels et textuels émergeront leurs travaux. Pour chaque séance, un travail description, d’introduction aux notions, Le travail plastique sera accompagné d’un travail de « légende », de mise en mots sur les visuels créés. Séquence 1 (2h) : Présentation par l’artiste de son travail, de sa démarche et de l’atelier. Exercice du rhizome : qui suis je ? qu’est-ce qui m’entoure ? Exercice de cadavre exquis en groupe. Tenter un autoportrait par l’image et par les mots et le consigné sur des carnets. Séquence 2 (2h) : Exercice du cadavre exquis à partir de questions/réponses. « Air Drawing » : les élèves dessineront dans les airs et feront deviner aux autres le contour de la forme. Séquence 3 (2h) : Travaux préparatoires autour du corps et de la posture. Prise de conscience du corps, du centre de gravité. Proposition d’une série de postures en lien avec une situation ou un objet. Observation des contours des formes proposées. Réalisation de prises de vue. Séquence 4 (2h) : Initiation à la technique du dessin à la lumière : reporter l’ombre d’un profil, d’un objet, d’autres formes sur une feuille de papier et dessin des contours. Séquence 5 (2h) : Avec un rétroprojecteur et un fond blanc, expérimentation de postures et de disposition d’objets. Créer une mise en scène. Report des compositions créées à l’encre de Chine sur une feuille format raisin. Ces compositions pourront être agrémentées, complétées, augmentées par des mots. Séquence 6 (2h) : Dessiner les contours d’objets pris au hasard (provenant d’un sac, d’un tiroir). Reporter ces silhouettes sur de grands formats cartonnés. Séquence 7 et 8 (2 x 2 h) : A partir d’une fresque papier fixée au mur, chaque élève dessine le contour de la silhouette de l’autre sur la feuille. Remplissage des silhouettes à l’aide de techniques mixtes. Séquences 8 et 9 (2 x 2h) : Préparation du montage de l’exposition. Choix des travaux, choix d’accrochage. Définition des espaces d’exposition: repérage d’une pièce obscure pour la projection du travail d’ombres) ; et enfin une pièce pour exposer les corpus produits, mêlant dessins, collages et textes.

Les sorties développent et mettent en perspective l'univers artistique / culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique

Sorties (environ 10 heures) développent et mettent en perspective l'univers artistique, culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique
  • - Une exposition de Sophie Gaucher, en fonction de sa programmation en Ile-de-France en 2017-2018. - Le spectacle « Bosch dreams » (Cie les 7 doigts) qui sera programmé en novembre-décembre 2017 à l’Espace Chapiteaux de la Villette. Cette proposition pourra être complétée par une visite immersive de l’installation « Nowhere and everywhere at the same time » (William Forsythe & Ryogi Ikeda). D’autres propositions en spectacle vivant pourront être envisagées: « Dystonie » (Cie de Facto) qui sera programmé en avril 2018 au Théâtre du fil de l’eau. Mais aussi « Galactik ensemble » (Yoan Bourgeois & Mathurin Boltz) qui sera programmé en novembre 2017 au Théâtre Le Monfort. - Une visite à la Cinémathèque française et notamment le parcours « Naissance du cinéma » qui revient en particulier sur les premiers dispositifs optiques (camera obscura, lanterne magique, boîtes d’optique). Cette activité pourra être complétée par l’atelier « La couleur » ou « Lanternes magiques » - Une visite-atelier autour de l’exposition permanente « Jeux de lumière », à la Cité des sciences. - Une autre visite en fonction de l’actualité culturelle en 2017/18 (Centre d’arts plastiques d’Aubervilliers-CAPA, Musée des arts décoratifs, Centre Pompidou).

L'analyse critique permet d'expliciter la démarche de l'artiste / du scientifique et le sens du projet

Les temps de réflexion permettent d’expliciter la démarche de l’artiste/du scientifique et le sens du projet auprès de la classe. Ils ont obligatoirement lieu en présence des élèves et deux heures minimum doivent y être spécifiquement dédiées.
  • Ce temps permet aux élèves de prendre du recul sur leur projet et de faire apparaître les liens existants entre les ateliers et les différents éléments du parcours culturel, il est consacré à : - La présentation du projet en classe, avec la chargée de projets de Citoyenneté jeunesse. - La préparation des sorties et retours en classe sur les différentes activités du parcours culturel. Ces temps seront pris en charge par l’équipe enseignante, le chargé de projets de Citoyenneté jeunesse et/ou Sophie Gaucher - Une intervention de Floriane Gaber sur l’évolution des arts visuels et plastiques. Un focus sur les formes artistiques liées au théâtre d’ombres et d’objets. - La création de lien entre les différentes étapes du projet (temps d’ateliers, sorties, rencontres..), assuré par les enseignants dans leurs matières. - Un temps d’échange avec l’intervenant pour permettre à chacun d’exprimer ses « ressentis » sur l’atelier de pratique. - Des temps introductifs aux différentes séances d’atelier, avec mise en regards du travail qui sera effectué avec des œuvres d’autres artistes classiques et contemporains (banque d’images internet ou papier, livres d’arts) - Visionnage en classe d’extraits de films d’animation de Lotte Reiniger : « Les aventures du Prince Ahmed » (réal. 1926), « Papageno » (réal. 1935), ainsi que des réalisation de l’artiste sud africain William Kendridge. - La mise en place d’un carnet de bord individuel compilant les expériences liées au projet. Chaque élève s’en servira comme un moyen pour s’exprimer, formaliser sa pensée et son ressenti/avis sur l’expérience vécue. - Un bilan en fin de projet.

La restitution, temps de cloture du projet

Le temps de clôture offre une visibilité du chemin parcouru aux pairs, à la communauté éducative et au-delà et adopte une forme originale qui ne cherche pas uniquement la présentation d'une oeuvre réalisée par les élèves.
  • A la fin du parcours, une exposition sera organisée dans le collège, rassemblant l’ensemble des productions des élèves. Les élèves présenteront leur travail dans un espace d’exposition réparti sur trois lieux. Le public invité – autres classes, communauté éducative, familles, sera invité à déambuler dans les différents espaces.

3. Co-construction du parcours

Liens avec les différentes entrées du projet d'établissement et notamment de son volet culturel.
Les axes du projet d’établissement auxquels il est fait référence sont explicités et le parcours a pour ambition de s'ouvrir à l'ensemble de l'établissement (rencontres avec d'autres classes, chantiers d'étape ...).
  • Le projet s'inscrit dans deux des trois axes majeurs développés au sein de l'établissement: L'axe 3 sur « L'OUVERTURE CULTURELLE ET PARTENARIATS » pour favoriser l'égalité de tous face à la culture: -en développant des projets en interdisciplinarité: Trois professeurs de disciplines variées ( les documentalistes, et l'arts plastiques) seront partenaires du projet en intervenant tout au long de l'année auprès des élèves. La vie scolaire (CPE et surveillants) et l'infirmière participent aussi aux actions menées. -en remotivant les élèves grâce à la culture avec les sorties; -en associant les parents avec la communication autour du projet; -en développant l'implication citoyenne et améliorant le vivre ensemble; -en organisant des sorties scolaires sans exclure aucun élève en raison de handicap. La commission d'éducation à la santé et à la citoyenneté qui s'inscrit dans le pilotage du collège prévoit des actions sur le handicap lors d'une semaine consacrée à la citoyenneté. Avec cet axe, le collège souhaite donner une chance de réussite à tous les élèves en intensifiant les projets culturels et citoyens. La culture englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain. L'axe 1 : METTRE EN PLACE UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE ET DIFFÉRENCIÉE -en répondant aux besoins spécifiques des élèves avec l'implication du dispositif ULIS mis en place au collège -en évaluant avec la valorisation de la validation des compétences. -en traitant l’hétérogénéité des élèves (avant, pendant, après le cours) avec la mise en place en classe d'une pédagogie différenciée.
Liens avec les enseignements et notamment celui de l’histoire des arts. Les objectifs sont explicités par discipline et en lien avec le socle commun de compétences et de connaissances
  • Le projet correspondra aux enseignements concernés et à l’accompagnement personnalisé mis en place pour les élèves du dispositifs ULIS : - développer la motricité fine (découpage collage assemblage, fabrication de supports); - permettre aux élèves d'acquérir une culture artistique personnelle, fondée sur des repères communs ; - initier les élèves aux différents langages de l'art ; - lire une image, interpréter un visuel et travailler sur les échelles; - diversifier et développer leurs moyens d'expression ; développer un travail sur la description et la mise en mots à partir de visuels produits. - décrire en respectant des règles (identifier le correspondant, la forme, le contenu, les règles grammaticales, syntaxiques et orthographiques); - rédiger de façon simple un compte-rendu (des ateliers, des visites, etc.); - utiliser efficacement différents outils mis à sa disposition (dictionnaire, encyclopédie, fichiers, manuels scolaires...); - traiter des données : représentation et lecture de diagramme, d’histogramme, classement de données dans un tableau - Développer des repères simples: retenir les notions abordées avec l'artiste (cadavre exquis, silhouettes, ombres, contours, exposition, etc.), le titre, le thème et la date de certaines œuvres.

Application MICACO | Date : 23/11/2017