Département de la Seine-Saint-Denis | La Culture et l'Art au Collège

Edition | Année parcours : 2017

Informations sur le parcours à la date du : 23/11/2017

Make a music video - 2

Coordonnées du collège
  • Collège affecté : Collège Alfred Sisley
  • Ville : ILE-SAINT-DENIS
  • Classe : autre 
Coordonnées de la structure
  • Nom de la structure : Citoyenneté Jeunesse
Coordonnées de la personne ressource
  • Identité : Monsieur Jean-Michel Gourden

1. Articulation avec un processus de création :

Le parcours a un lien avec la création / le projet scientifique en cours ou à venir

Projets artistiques/scientifiques en cours ou à venir de l'artiste ou du scientifique menant le parcours
  • Cinéaste de long métrage de fiction, documentaire TV, courts métrages et clips depuis 15 ans, Pascal Tessaud travaille sur et avec la jeunesse des quartiers. Il se passionne très tôt pour le cinéma et la littérature qu’il étudie à l’Université Paris X Nanterre, puis à l’Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de Nancy en master 2 « Filmer le réel ». A la sortie de ses études, il réalise de nombreux courts métrages comme « La ville Lumière » en 2012 qui remporte en 2014 le grand prix du meilleur court métrage international à Toronto. Il se consacre, également, à la réalisation de documentaires musicaux à l’image de « Vigon, un soulman au pays des colonies » tourné en 2016 ou de « Beatbox, boom bap autour du monde » préacheté par France O et Arte Distribution en 2015. Ce dernier brosse le portrait d’une communauté d’ultra passionnés de beatbox, cette composante de la culture Hip-Hop qui est la plus universelle et la plus accessible des disciplines. En parallèle, Pascal Tussaud s’adonne à la création de clips vidéos pour des artistes comme KT GORIQUE en 2016 ou NËGGUS. En 2014, il se consacre à son premier long métrage « BROOKLYN », sortie en salle en septembre 2015. Avec ce film, Pascal Tessaud nous entraîne dans les coulisses d’un territoire, la ville de Saint-Denis, et d’un mouvement culturel, le rap. Le spectateur y suit le parcours d’un jeune rappeuse, Brooklyn, qui quitte son pays et un père qui ne la comprend plus pour s’installer à Paris où elle trouve un petit boulot dans une association musicale de Saint-Denis. Comme dans l’ensemble de son travail, Pascal Tessaud y montre la vitalité, l’intelligence et la tolérance d’une jeunesse qui ne supporte plus d’être présentée uniquement comme un problème. Il profite, également, de ce film pour aller à l’encontre des clichés sur les étrangers et sur les femmes. Aujourd'hui, il développe pour ARTE Creative une web série documentaire sur la naissance du HIP HOP à Saint Denis, plus précisément à la faculté Paris 8 Saint-Denis. Il tourne également le nouveau clip du rappeur BLADE MC « une bise et la paix ». De plus, il écrit son second long métrage « LUTECE » qui gravitera entre Paris et la banlieue. Dans le cadre de l’aide à l’écriture de ce second projet, il a été soutenu par la région Ile-de-France.
Articulation du parcours avec ces projets
  • L’idée qui sous-tend le projet de Pascal Tessaud est d’initier les élèves à l’écriture, la conception et la réalisation d’un clip musical scénarisé inédit. Il souhaite partager avec les élèves sa démarche artistique, son approche et sa méthode, notamment lorsqu’il reçoit une commande pour la réalisation d’un clip musical. Dans un premier temps les élèves vont, comme lui, rencontrer l’univers musical et poétique de l’artiste. Ils vont, ensuite, explorer toutes les pistes d’écriture, travailler l’inventivité et la création formelle. Les élèves d’UPE2A du collège Alfred Sisley de L’Ile Saint Denis seront plongés dans la réalisation du clip de la mise en récit au tournage. Ainsi, ils prendront en charge, la conception d’un story-board, le choix des décors et des costumes, le jeu et la direction d’acteurs mais aussi les aspects techniques (manipulation de la caméra, de la perche son …) durant le tournage. L’artiste est intimement persuadé « qu’au delà de la pratique artistique, l’expérience du tournage valorise, transforme et éveille les jeunes ». Tout au long du projet et de la même manière qu’il le ferait avec son équipe professionnelle, Pascal Tessaud va tisser des liens de confiance et des relations saines entre les participants, afin de transmettre les valeurs qui sont les siennes et qui sont de mise lors d’un tournage : le respect, l’échange, l’écoute et la solidarité. « Faire un film ensemble, c’est valoriser des individualités mais c’est surtout les responsabiliser dans le travail d’équipe, leur faire comprendre que nous avons chacun notre place dans le collectif. » Faire comprendre aux jeunes qu’ensemble on est plus fort est une thématique chère à Pascal Tessaud, c’est d’ailleurs l’un des leitmotiv de son film Brooklyn. A la fin du projet, les élèves réaliseront le tournage du clip en présence du chanteur et d’une équipe technique professionnelle.

2. Construction du parcours (pendant le temps scolaire et avec une classe donnée)

L'artiste, le scientifique a t'il déjà mené un parcours CAC lors des éditions précédentes ? Si oui, précisez dans quel collège, la ville et ce qui motive le renouvellement de sa candidature.
  • C’est la première fois que cet artiste et Citoyenneté jeunesse proposent ce parcours. Celui-ci a été conçu en fonction de l’actualité de l’artiste et des objectifs de l’équipe pédagogique.

L'atelier construit et encadré par l'artiste / le scientifique se déroule sur une durée d'environ 20 heures

Atelier (environ 20h)
  • Au cours de ces ateliers, les élèves vont réaliser un clip musical inédit à partir d’une chanson. Ils vont scénarisés le clip puis le réaliser. 7 interventions de 3h Séance 1 : Prise de contact, présentation du projet et de l’artiste. Echange et visionnage des courts métrages et clips de Pascal Tessaud 3H Séance 2 : Analyses de films : quelle mise en scène ? Quel découpage ? Quels décors ? Comment sont construits les personnages ? 3H Séance 3 : Ecoute de la chanson collectivement – brainstorming, puis écriture collective d’une histoire, d’une trame, d’un story-board. 3H Séance 4 : Initiation aux techniques de jeu du comédien : improvisation – relaxation – interactivité 3h Séance 5 : Repérages de décors et constitution de costumes – définition du casting – préparation d’un plan de travail 3H Séance 6 : Tournage Jour 1 – avec une équipe technique professionnelle 3H Séance 7 : Tournage Jour 2 – avec une équipe technique professionnelle 3H Le temps de montage se fera en dehors des cours pour privilégier avec eux l’aspect interactif et collectif.

Les sorties développent et mettent en perspective l'univers artistique / culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique

Sorties (environ 10 heures) développent et mettent en perspective l'univers artistique, culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique
  • Durant les sorties proposées, les élèves seront invités à découvrir l’univers du cinéma, de son Histoire aux enjeux du montage. Nous aborderons également l’Histoire de la musique Hip Hop. - Une visite guidée du Musée du cinéma à la Cinémathèque Française. Cette visite sera un voyage à travers les collections: des tout premiers systèmes de projection d’images du XVIIe siècle aux films pionniers du cinéma, du muet au parlant, du noir et blanc à la couleur… Les élèves d’UPE2A découvriront l’Histoire et le fonctionnement du cinéma et de ses machines avant de les utiliser eux-mêmes lors du tournage du clip. - L’atelier « Mash-up table : la drôle de cuisine du montage » au Forum des Images ; Cet atelier permet aux élèves de mieux cerner les enjeux du montage et le langage cinématographique. Les jeunes sont invités à faire du montage de manière intuitive et ludique. Ils manipulent les images en les posant dans l’ordre souhaité, laissant leurs mains guider leur créativité, leur intuition et leur sensibilité, en vue de la réalisation d’une nouvelle œuvre, qui sera propre et personnelle à chaque groupe. Cet atelier permettra aux élèves de découvrir l’étape du montage à laquelle ils ne participeront pas dans le projet. - Spectacle en classe « Master », texte de DAVID LESCOT
et mise en scène de Jean-Pierre Baro. Le rap est désormais enseigné au collège : dans une salle de classe, un professeur despote interroge un élève sur son histoire. De la battle au clash, les mots fusent pour dire l histoire du rap et de son émergence en France, sa place dans la culture hip hop et les valeurs qui l’ont façonnées. - Un concert de l’artiste pour lequel les jeunes réalisent le clip.

L'analyse critique permet d'expliciter la démarche de l'artiste / du scientifique et le sens du projet

Les temps de réflexion permettent d’expliciter la démarche de l’artiste/du scientifique et le sens du projet auprès de la classe. Ils ont obligatoirement lieu en présence des élèves et deux heures minimum doivent y être spécifiquement dédiées.
  • Ce temps permet aux élèves de prendre du recul sur leur projet et de faire apparaître les liens existants entre les ateliers et les différents éléments du parcours culturel, il est consacré à : - la présentation du projet en classe, avec la/le chargé(e) de projets de Citoyenneté Jeunesse. – la présentation des sorties et les retours en classe sur les différentes activités du parcours culturel. Dans la mesure du possible les chargé(e)s de projets de Citoyenneté Jeunesse organisent une rencontre avec les équipes artistiques des spectacles concernés. - une intervention en Histoire des Arts sur la culture hip-hop, conçue comme un moment opportun pour aborder l’esthétique des clips musicaux et ouvrir notre projet au street-art, à l’art de la rue. - Mise en place d’un cahier de bord individuel compilant les expériences liées au projet. Chaque élève s’en servira comme un moyen de s’exprimer, formaliser sa pensée et collecter toutes les informations nécessaires au tournage. - Projection du film « Brooklyn » de Pascal Tessaud. Le film réalisé par l’artiste en projet avec la classe raconte le parcours de Coralie, jeune rappeuse suisse de 22 ans se produisant sous le nom de Brooklyn… – des temps d’échange avec l’intervenant pour permettre à chacun d’exprimer ses « ressentis » sur l’atelier pratique

La restitution, temps de cloture du projet

Le temps de clôture offre une visibilité du chemin parcouru aux pairs, à la communauté éducative et au-delà et adopte une forme originale qui ne cherche pas uniquement la présentation d'une oeuvre réalisée par les élèves.
  • La présentation de ce travail fera l’objet d’une projection dans le collège. La restitution présentera donc le clip musical mais également des éléments témoignant de l’ensemble du processus de création.

3. Co-construction du parcours

Liens avec les différentes entrées du projet d'établissement et notamment de son volet culturel.
Les axes du projet d’établissement auxquels il est fait référence sont explicités et le parcours a pour ambition de s'ouvrir à l'ensemble de l'établissement (rencontres avec d'autres classes, chantiers d'étape ...).
  • En premier lieu, le parcours proposé s’inscrit dans une dynamique d’accueil et d’accompagnement des élèves nouvellement arrivés en France et en cela répond aux objectifs fixés dans l’axe « Publics accueillis » du projet d’établissement. En intégrant les élèves à un projet culturel d’envergure, l’objectif est double, faciliter leur intégration auprès des autres élèves et leur permettre de progresser. Ainsi, le projet trouve écho dans plusieurs autres axes du projet d’établissement : Axe 1 : Maîtrise de la langue (s’exprimer à l’oral comme à l’écrit, prendre la parole devant les autres, écouter, justifier un point de vue, rédiger un texte court) Axe 2 : Favoriser la réussite des élèves par la pédagogie de projet (donner du sens aux apprentissages) Axe 3 : Education à la Citoyenneté : développer des projets culturels, travailler en partenariat (s’impliquer dans un projet collectif, faire preuve d’initiative, déterminer les tâches à accomplir pour réaliser un projet) Le projet permettra, également aux élèves de gagner en autonomie et en aisance.
Liens avec les enseignements et notamment celui de l’histoire des arts. Les objectifs sont explicités par discipline et en lien avec le socle commun de compétences et de connaissances
  • Le projet sera la clé de voute de l’enseignement renforcé en français de la classe d’UPE2A. De très nombreuses compétences tant à l’écrit qu’à l’oral seront apprises et mobilisées tout au long du parcours : lors de la lecture et de la compréhension du texte de la chanson et de la découverte de l’univers de l’artiste : A L’ORAL - Ecouter/regarder (différencier les sons, distinguer le français des autres langues) - Comprendre le sens des mots (comprendre le sens global d’un récit, comprendre les mots usuels) - Saisir un message dans sa globalité (saisir les idées essentielles, comprendre des mots nouveaux grâce au contexte) A L’ÉCRIT - Décoder (repérer le sens de l’écrit) - Déchiffrer (lire des phrases) - Comprendre le sens et lire de manière intelligible lors des brainstorming et des moments d’échange (théâtre, mise en scène, tournage): A L’ORAL - produire des énoncés simples (une phrase, une question, décrire et exprimer ses sentiments, ses goûts et préférences) - comprendre un message et agir ou répondre de façon pertinente (élaborer le plan de travail du tournage) - Etablir un contact (solliciter son interlocuteur, demander de l’aide et s’entraider) - Interroger/ répondre (demander des explications, échanger avec les autres élèves) - Participer à un travail de groupe avec des locuteurs natifs (lien avec l’équipe de tournage professionnel)

Application MICACO | Date : 23/11/2017