Département de la Seine-Saint-Denis | La Culture et l'Art au Collège

Edition | Année parcours : 2017

Informations sur le parcours à la date du : 21/09/2017

Le feu de l'action

Coordonnées du collège
  • Collège affecté : Collège Antoine de Saint-Exupéry
  • Ville : NOISY-LE-GRAND
  • Classe : 4ème 
Coordonnées de la structure
  • Nom de la structure : F93
Coordonnées de la personne ressource
  • Identité : Madame Claire Hazart

1. Articulation avec un processus de création :

Le parcours a un lien avec la création / le projet scientifique en cours ou à venir

Projets artistiques/scientifiques en cours ou à venir de l'artiste ou du scientifique menant le parcours
  • Ayant fait une longue carrière d’ingénieur dans le domaine de l’explosif et de la pyrotechnie, Henri Miermont se passionne aujourd’hui pour les feux d’artifice. Il est artificier qualifié et participe au montage et au tir de spectacles pyrotechniques pour la société Ruggieri. Il intervient régulièrement comme consultant en sécurité pyrotechnique et a organisé le Symposium International de Feux d’Artifice à Bordeaux en 2015.
Articulation du parcours avec ces projets
  • L’expérience pyrotechnique de Henri Miermont sera complétée par l’intervention d’un chimiste pour aborder avec les élèves les mécanismes du feu d’artifice. Pour associer les élèves au travail esthétique de mise au point d’un feu d’artifice, l’artificier utilisera des logiciels simples qui leur permettra de s'approprier une création en jouant sur différents types de musique, avec des effets et des couleurs. Enfin, en parallèle de la création de leur spectacle pyrotechnique, Henri Miermont souhaite également insister sur la réglementation et la normalisation sur les artifices de divertissement.

2. Construction du parcours (pendant le temps scolaire et avec une classe donnée)

L'artiste, le scientifique a t'il déjà mené un parcours CAC lors des éditions précédentes ? Si oui, précisez dans quel collège, la ville et ce qui motive le renouvellement de sa candidature.
  • Le projet "Le feu de l’action" est entièrement nouveau aussi bien quant aux contenus de l’atelier et des visites que quant aux intervenants sollicités. Pierre Legrand intervient pour la première fois dans un parcours CAC.

L'atelier construit et encadré par l'artiste / le scientifique se déroule sur une durée d'environ 20 heures

Atelier (environ 20h)
  • « Le feu de l’action » est une démarche à double sens : elle entend montrer comment des savoirs, en l’occurrence ceux de la chimie, aident à faire naitre des applications comme ici les feux d’artifices. Mais la démarche entend aussi montrer comment, à l’inverse, l’invention d’un feu d’artifice peut faire évoluer les savoirs de la chimie en suscitant de nouvelles expériences. Accompagnées par un artificier épaulé par un artificier, les classes plongent au cœur des procédés qui permettent de créer « Feux de Bengale », « Soleils » et autres « Cascades ». « Science des combustions » (10h) Cette première phase est construite autour d’expériences et de tests : découverte des principes fondamentaux (la maîtrise des proportions, des réactions, des détonations, des frictions) ; compréhension de la propriété des substances (gaz, chaleur, fumée, lumière) ; connaissance des composants et des éléments (poudre noire et métaux, mais aussi potassium ou sodium). Pour compléter cette formation, les classes achètent des artifices dans le commerce pour mieux comprendre les procédés de fabrication : mèche, poudre, tubes en papier, et mécanismes d’allumage sont ainsi analysés. « Formes, couleurs et artifices » (10h) Afin d’inaugurer cette seconde phase, les élèves assistent à un feu d’artifice et le filment. De retour en classe, et grâce à la vidéo, ils en commentent les principes à la fois techniques et artistiques. Une attention particulière est portée au « scénario » : ouverture, tableaux aériens ou au sol, rythmiques et bien sûr, bouquet final. C’est maintenant au tour des élèves de concevoir leur propre « histoire ». Avec l’intervenant, la classe séquence, dessine, imagine les couleurs et les formes ; elle rassemble ses intentions dans un scénario qu’elle consigne sur papier. Certains artifices prévus dans le scénario sont ensuite testés dans un parc. Le groupe visite l’espace prévu pour son projet final ; elle étudie les normes de sécurité nécessaire à son installation et passe enfin commande du matériel nécessaire.

Les sorties développent et mettent en perspective l'univers artistique / culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique

Sorties (environ 10 heures) développent et mettent en perspective l'univers artistique, culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique
  • - Visite du Palais de la Découverte. À travers l’exposé « Réactions en tout genre » les élèves s’initieront simplement aux réactions chimiques grâce à plusieurs expériences spectaculaires.  - La classe assiste à un feu d’artifice en région parisienne (selon calendrier) afin de saisir au mieux les sensations produites lors d’un feu d’artifice.

L'analyse critique permet d'expliciter la démarche de l'artiste / du scientifique et le sens du projet

Les temps de réflexion permettent d’expliciter la démarche de l’artiste/du scientifique et le sens du projet auprès de la classe. Ils ont obligatoirement lieu en présence des élèves et deux heures minimum doivent y être spécifiquement dédiées.
  • - présentation du projet en classe, avec le chargé de projets de F93. - Rencontre avec Jonathan Piard chimiste, qui intervient dès le début du parcours afin de travailler avec les élèves sur la partie chimie. Il sera également sollicité tout au long du parcours pour compléter par son éclairage de chimiste l’approche artistique et technique de l’artificier. - L’enseignant, en lien avec le chargé de projet, approfondit en dehors des séances le travail mené. - des temps d’échange avec l’intervenant pour permettre à chacun d’exprimer ses « ressentis » sur l’atelier de pratique En fin du parcours, les élèves rencontrent un membre de la Fondation Maison de la chimie. Les élèves présentent leur projet et échangent sur les aspects scientifiques.

La restitution, temps de cloture du projet

Le temps de clôture offre une visibilité du chemin parcouru aux pairs, à la communauté éducative et au-delà et adopte une forme originale qui ne cherche pas uniquement la présentation d'une oeuvre réalisée par les élèves.
  • Dans un parc de la Seine-Saint-Denis, l’artificier organise le spectacle pyrotechnique imaginé par sa classe. Les élèves observent les préparatifs ; ils auront à les expliquer au public suite à l’événement. C’est maintenant le soir, les amis et les parents sont là, les yeux en l’air : les premières couleurs et détonations apparaissent dans le ciel.

3. Co-construction du parcours

Liens avec les différentes entrées du projet d'établissement et notamment de son volet culturel.
Les axes du projet d’établissement auxquels il est fait référence sont explicités et le parcours a pour ambition de s'ouvrir à l'ensemble de l'établissement (rencontres avec d'autres classes, chantiers d'étape ...).
  • Le projet d’établissement met en avant la volonté d’accompagner les élèves dans une démarche de réussite, en proposant d’autres moyens de production que l’évaluation classique par les notes. Le projet « Le feu de l’action » va dans ce sens.
Liens avec les enseignements et notamment celui de l’histoire des arts. Les objectifs sont explicités par discipline et en lien avec le socle commun de compétences et de connaissances
  • Le projet s’inscrit directement dans la thématique « Organisation et transformation de la matière », un des axes en physique chimie du cycle 4. Le parcours permettra notamment aux élèves de : - caractériser les différents états de la matière (solide, liquide, gaz) - décrire et d’expliquer les états de la matière et les transformations chimiques. - Concevoir et réaliser des expériences pour caractériser des mélanges - Identifier expérimentalement une transformation chimique. De manière plus globale, les élèves vont notamment pouvoir travailler les compétences suivantes : - Concevoir une expérience pour la ou les tester. 
 - Planifier une tâche expérimentale, organiser son espace de travail, garder des traces des étapes suivies et des résultats obtenus. - 
Expliquer les fondements des règles de sécurité en chimie, électricité, acoustique. - Passer d’une forme de langage scientifique à une autre. 
 Le projet permet aussi de croiser les enseignements de Chimie avec ceux d’Arts Plastiques et visuels : - son et lumière - couleurs et pigments

Application MICACO | Date : 21/09/2017