Département de la Seine-Saint-Denis | La Culture et l'Art au Collège

Edition | Année parcours : 2017

Informations sur le parcours à la date du : 21/09/2017

Autour de "preMIX"

Coordonnées du collège
  • Collège affecté : Collège Albert Camus
  • Ville : ROSNY-SOUS-BOIS
  • Classe : 3ème 
Coordonnées de la structure
  • Nom de la structure : Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
Coordonnées de la personne ressource
  • Identité : Monsieur Patrice Ricquebourg

1. Articulation avec un processus de création :

Le parcours a un lien avec la création / le projet scientifique en cours ou à venir

Projets artistiques/scientifiques en cours ou à venir de l'artiste ou du scientifique menant le parcours
  • Herman Diephuis a travaillé comme interprète pendant plusieurs années avec de nombreux chorégraphes (Régine Chopinot, Mathilde Monnier, Jean-François Duroure, Philippe Decouflé, François Verret, Jérôme Bel, Xavier Le Roy et Alain Buffard...). En 2004, il crée sa compagnie, l'association ONNO, afin de mettre en œuvre ses propres créations et projets. En parallèle, il développe de nombreux projets de création avec des amateurs. La pièce "preMIX" se construit comme une battle ludique entre Dalila Khatir et Marvin Clech, un corps à corps entre le chant et la danse. Les deux interprètes jouent avec la question de la différence, de l'identité culturelle et des stéréotypes qui y sont liés.
Articulation du parcours avec ces projets
  • Ce projet a pour objectif d'initier une recherche artistique collective autour des notions d'engagement, d'acte citoyen, de discours et de geste politique. Les interventions approfondiront plus particulièrement les questions de l'identité, des stéréotypes, ou encore des discriminations. Ces thématiques qu'ont souhaitées développer les enseignants sont également au cœur de « preMIX », création d'Herman Diephuis pour sa compagnie ONNO. Il s'agira donc pour le groupe de participants de découvrir et partager le processus de création de cette pièce. Pour ce faire, les ateliers de pratique artistique aborderont un travail de mise en corps mené par le chorégraphe. L'idée étant de partir des témoignages des participants autour de quelques questions : quels souvenirs vous semblent constitutifs de votre identité aujourd'hui ? Comme vous définiriez-vous ? Comment pensez-vous que les autres vous voient ? Comment voudriez-vous que les autres vous voient ? Il s'agira de collecter ensemble des gestes, des danses, des paroles, des récits, des chansons et des musiques appartenant aux histoires individuelles et collectives de chacun. L'enjeu de ce travail est de permettre aux participants de se raconter dans leur mixité et leur singularité.

2. Construction du parcours (pendant le temps scolaire et avec une classe donnée)

L'artiste, le scientifique a t'il déjà mené un parcours CAC lors des éditions précédentes ? Si oui, précisez dans quel collège, la ville et ce qui motive le renouvellement de sa candidature.
  • Les Rencontres chorégraphiques ont déjà travaillé avec Herman Diephuis dans le cadre d'un CAC avec une classe de 5ème du collège Gérard Philipe d'Aulnay-sous-Bois. Ce projet intitulé "mix corps-arts-mots" proposait aux élèves de découvrir l'univers de création de la pièce jeune public "Bang" ainsi que de la pièce "MIX". Ces deux créations partageant une thématique centrale : la peur. Peurs enfantines, peur de l'autre, peur de la différence. Forts du succès de cette collaboration, nous avons souhaité renouveler l'expérience cette année.

L'atelier construit et encadré par l'artiste / le scientifique se déroule sur une durée d'environ 20 heures

Atelier (environ 20h)
  • Les ateliers de pratique artistique se déclineront autour de trois médiums : le texte, la voix et le corps, de façon à approfondir une réflexion sur le geste mais aussi la prise de parole. Concernant l'approche plus spécifiquement chorégraphique, il ne s'agira pas d'imposer une façon uniforme de danser mais plutôt de composer avec les qualités de mouvement des élèves et leurs manières singulières de s'exprimer artistiquement. La danse pourra être rattachée à un état, une émotion ou une réflexion. Nous pensons organiser les interventions du mois d'octobre aux mois de février ou mars de façon à ce que le déroulement du projet soit plus intense en début d'année scolaire ; les derniers mois devant être consacrés à la préparation de l'épreuve du brevet.

Les sorties développent et mettent en perspective l'univers artistique / culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique

Sorties (environ 10 heures) développent et mettent en perspective l'univers artistique, culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique
  • Afin de compléter la découverte de la danse contemporaine, plusieurs sorties culturelles et/ou rencontres sont envisagées parmi lesquelles : deux spectacles dans un théâtre parisien ou francilien en fonction de la programmation en lien avec les thématiques du projet et deux spectacles dans le cadre de l'édition 2018 du festival des Rencontres chorégraphiques. Nous envisageons plus spécifiquement de proposer aux élèves d'assister à la pièce "Disabled Theatre" de Jérôme Bel, présentée à l'espace Cardin au mois de novembre 2017. Interprété par des acteurs handicapés mentaux, ce spectacle s'intéresse à la notion de marginalité en proposant à la danse de prendre le relais d'une parole défaillante. Par ailleurs, nous souhaitons permettre aux élèves d'assister à une représentation de l'association ONNO. La pièce "MIX", qui s'inscrit dans la continuité de "preMIX", sera programmée au mois de février 2018 à la salle du Citoyen de Lognes. Nous aimerions également emmener les élèves au Musée de l’homme à l’occasion de l’exposition « Nous et les autres – des préjugés au racisme » qui nous semble pouvoir enrichir les questionnements du projet.

L'analyse critique permet d'expliciter la démarche de l'artiste / du scientifique et le sens du projet

Les temps de réflexion permettent d’expliciter la démarche de l’artiste/du scientifique et le sens du projet auprès de la classe. Ils ont obligatoirement lieu en présence des élèves et deux heures minimum doivent y être spécifiquement dédiées.
  • La définition du contenu du projet se fait au préalable en concertation avec tous les acteurs. En parallèle des ateliers de pratique artistique et du parcours de spectateur, le service des relations avec les publics des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis élaborera une programmation d’ateliers du regard sur l'histoire de la danse, des analyses d'extraits vidéos de spectacles, de films ou encore des analyses d’œuvres plastiques en lien avec l'univers artistique du chorégraphe et la thématique du projet. Ces ateliers du regard visent à familiariser les élèves avec les arts du spectacle vivant, à développer un esprit critique et argumenté grâce à des outils et grilles d'analyse de spectacles. Dans le cadre de ce projet, nous pourrons également étudier plus spécifiquement la question de l'engagement politique exprimé à travers la danse contemporaine.

La restitution, temps de cloture du projet

Le temps de clôture offre une visibilité du chemin parcouru aux pairs, à la communauté éducative et au-delà et adopte une forme originale qui ne cherche pas uniquement la présentation d'une oeuvre réalisée par les élèves.
  • Les ateliers de pratique chorégraphique, conçus comme l'expérimentation du processus de création, permettront la composition d'une chorégraphie mise en regard avec un travail de comédie et de chant, autour des textes abordés dans le cadre du projet et choisis avec les élèves. Une restitution finale sera l'occasion de montrer le travail accompli et d'expérimenter la représentation sur scène. A la demande des professeurs, cette restitution aura probablement lieu hors des murs du collège. Les élèves des classes n'ayant pas pu participer au projet pourront y assister.

3. Co-construction du parcours

Liens avec les différentes entrées du projet d'établissement et notamment de son volet culturel.
Les axes du projet d’établissement auxquels il est fait référence sont explicités et le parcours a pour ambition de s'ouvrir à l'ensemble de l'établissement (rencontres avec d'autres classes, chantiers d'étape ...).
  • Le projet fait écho à de nombreux aspects du projet d'établissement du collège Albert Camus. Dans la section "devenir un citoyen responsable et autonome", il est question de redonner confiance à l'élève et de l'aider à retrouver l'estime de soi par la création d'un projet collectif où chacun participe, s'investit, a sa place. Le projet d'établissement mentionne également le fait d' "apprécier objectivement une prestation et comprendre le message donné". Dans la section "construire un projet personnel ambitieux", il s'agit de "mieux prendre en compte toutes les différences (différences de capacités motrices, différences de culture...)" ; or notre projet propose justement une réflexion autour des identités multiples, de la stigmatisation et des discriminations. Par ailleurs, le projet d'établissement cherche à encourager la mobilité, par la découverte de lieux parisiens et à proximité de Rosny, ce que nous souhaitons faire grâce à l'organisation de différentes sorties tout au long de l'année. Enfin, la section "s'ouvrir et s'entendre avec le monde" du projet d'établissement mentionne la nécessité d' "accéder aux activités culturelles (découverte de la danse, du chant)" et d’"apprendre à vivre ensemble", accepter les différences, apprendre à travailler ensemble en écoutant et prenant en compte les avis de chacun, s'exprimer et s'épanouir (par le corps, par la parole).
Liens avec les enseignements et notamment celui de l’histoire des arts. Les objectifs sont explicités par discipline et en lien avec le socle commun de compétences et de connaissances
  • En initiant à la pratique de la danse et en permettant d'assister à différents spectacles de danse contemporaine, le projet répond aux attentes de fin de cycle en histoire des arts : être capable de comparer des œuvres entre elles, contemporaines les unes des autres ; être capable de rendre compte en termes personnels d’une expérience artistique vécue, soit par la pratique soit comme spectateur. Par la fréquentation d'œuvres contemporaines, nous cherchons à développer chez les élèves une attitude qui leur permette d'ouvrir leur sensibilité face à l’œuvre vue, de créer des liens entre rationalité et émotion. Ce projet va leur permettre d'aiguiser leur curiosité, de s'ouvrir à un monde qu'ils connaissent peu. Nous désirons que les élèves prennent également conscience des interactions qui existent entre les disciplines, les arts, les médias, et qu'en comprenant cela ils puissent répondre à leurs interrogations sur la société dans laquelle ils évoluent. Par ailleurs, la thématique abordée s'intègre parfaitement dans l'enseignement du français. En s'interrogeant sur l'identité, sur le genre, sur l'engagement, nous allons prolonger et approfondir des questionnements abordés en français : comment se dire, se raconter, interroger la société, et s'interroger sur la notion d'engagement. En croisant les textes littéraires et leur pratique corporelle avec le chorégraphe, nourrie par leurs expériences de spectateur, les élèves acquerront de nombreuses compétences attendues en français à la fin du cycle 4. Tout au long du projet, ils auront l'occasion de participer à des échanges et des débats, d'exprimer leurs ressentis, leurs sentiments sur les œuvres étudiées. Ils pratiqueront l'écriture de soi, l'écriture argumentative. Enfin, le parcours s’insère complètement dans le cadre de l’enseignement de l’EPS puisque les élèves de 3ème devront dans l’activité danse, atteindre la compétence suivante : "S’impliquer dans un projet collectif pour construire, réaliser et présenter une chorégraphie autour d’un thème choisi." De plus, ils auront la possibilité d’exposer à l’oral du brevet leur création. Ce parcours leur permettra de construire un regard lucide sur le monde contemporain et d’enrichir leur démarche de création artistique grâce aux différents spectacles et aux différents artistes rencontrés durant le projet.

Application MICACO | Date : 21/09/2017