Département de la Seine-Saint-Denis | La Culture et l'Art au Collège

Edition | Année parcours : 2017

Informations sur le parcours à la date du : 21/09/2017

Archéologie familiale

Coordonnées du collège
  • Collège affecté : Collège Albert Camus
  • Ville : ROSNY-SOUS-BOIS
  • Classe : 5ème 
Coordonnées de la structure
  • Nom de la structure : Fianu Romain
Coordonnées de la personne ressource
  • Identité :

1. Articulation avec un processus de création :

Le parcours a un lien avec la création / le projet scientifique en cours ou à venir

Projets artistiques/scientifiques en cours ou à venir de l'artiste ou du scientifique menant le parcours
  • Je suis réalisateur, et je viens de passer deux années dans une MECS (maison d’enfants à caractère sociale) à Noisy-le-sec qui accueille des adolescents en difficultés de 14 à 18 ans. Je suis rentré dans ce foyer en tant que cinéaste afin de monter un « atelier cinéma » avec les jeunes puis après la réalisation d’un premier court-métrage collectif, j'ai demandé à intégrer l'équipe d'éducateurs afin de voir ce monde de l’intérieur. Aujourd’hui, cette étude ou ces repérages actifs ont pris fin et je me consacre alors pleinement à l’écriture d’un long métrage de fiction autour de ces jeunes et de cette expérience d’éducateur. Par ailleurs, je réalise aussi un film documentaire avec le sociologue Fabien Deshayes qui travaille sur les questions de la famille, de l’éducation, de la pauvreté et des écritures professionnelles. Il m'a sollicité pour réaliser un documentaire autour d’une de ses recherches qui s’intitule : « L’enfant en compte. Monoparentalité, parenté pratique et circulation des enfants dans la pauvreté ». Ainsi nous réalisons ce film dans la région d’Elbeuf en Normandie où nous rencontrons plusieurs familles en difficulté avec qui nous nous entretenons sur la pauvreté et la monoparentalité.
Articulation du parcours avec ces projets
  • Comme lorsque je travaillais dans un foyer de l'Aide Sociale à l'enfance en tant que cinéaste et éducateur, il s'agit ici, à travers ce parcours de donner la parole aux jeunes mais aussi de questionner leur rapport à la famille. Le film que je suis en train d'écrire autour de mon expérience d'éducateur dans un foyer d'adolescents aborde les questions d'identités familiales, de transmissions culturelles, d'interculturalités ou plus simplement du lien qu'uni ces jeunes à leurs parents. Ce rapport à la famille est centrale dans la construction d’un adolescent. Être à même de se placer dans un récit familial, de se raconter et de savoir d’où on vient est absolument nécessaire au bon développement des enfants. Ce pourquoi j’insiste sur cette question et je tiens à travailler avec ces collégiens sur leur propre récit familial et l’histoire de leur parents. Aussi, j'utiliserai dans ce documentaire avec les collégiens, un dispositif déjà mis en place dans mon film à Elbeuf, soit la présentation d'objets, de traces ou de vestiges familiaux (objet du quotidien, vêtements, photographie, lettres...) par les personnages eux-mêmes et face à la caméra.

2. Construction du parcours (pendant le temps scolaire et avec une classe donnée)

L'artiste, le scientifique a t'il déjà mené un parcours CAC lors des éditions précédentes ? Si oui, précisez dans quel collège, la ville et ce qui motive le renouvellement de sa candidature.
  • Non, je n'ai jamais mené un parcours CAC car je n'avais pas connaissance de ce dispositif. C'est la CPE d'un collège de la Seine-St-Denis qui m'a encouragé à présenter un parcours autour du cinéma, étant donné mon intérêt pour les adolescents et les ateliers cinématographiques.

L'atelier construit et encadré par l'artiste / le scientifique se déroule sur une durée d'environ 20 heures

Atelier (environ 20h)
  • L’objectif de cet atelier est de réaliser un court-métrage documentaire avec et sur les élèves d’une classe de 5ème (cycle 4). Le thème de cet atelier étant «Archéologie familiale ou les objets de la mémoire», ce film cherchera alors à présenter des bribes d’histoires familiales à travers des «objets de familles». Ces jeunes apporteront devant la caméra trois objets de chez eux, trois traces familiales et ils nous en parlerons. Seront aussi sollicités à passer devant la caméra, d’autres élèves du collège mais aussi, les volontaires parmi le personnel de restauration et le personnel d’entretien. Séance 1 (2h) : La présentation du réalisateur et de l’atelier cinéma «Archéologie familiale ou les objets de la mémoire» Séance 2 (2h) : Écriture des entretiens - Réflexions sur les objets à apporter et à filmer. Mise en situation à travers mes objets et mon histoire. Séance 3 (2h) : Le dispositif technique - Réflexion autour du décor et du dispositif des entretiens. Projections d’extraits de documentaires. Présentation du matériel de tournage. Séance 4 (2h) : Casting - Tous les élèves de la classe présentent des objets et leurs histoire en petits groupes. Certains sont retenus pour passer devant la caméra, d'autres sont choisis pour être derrière la caméra. Séance 5 (1h) : Essais et préparation technique- Apprentissage technique (caméra, micro, lumière…) et création d’équipes de tournage. Séance 6 (3H) : Tournage 1ère partie - Tournage des quatre premiers entretiens Séance 7 (3h) : Tournage 2ème partie - Tournages des quatre derniers entretiens Séance 8 (2h) : Montage 1ère partie Séance 9 (2h) : Montage 2ème partie Séance 10 (1h) : Restitution

Les sorties développent et mettent en perspective l'univers artistique / culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique

Sorties (environ 10 heures) développent et mettent en perspective l'univers artistique, culturel de l'artiste / du scientifique et sa pratique
  • Sortie 1 (4h) : LA CITÉ DE L’IMMIGRATION au musée de la Porte Dorée à Paris. L’exposition permanente Repères présente 200 ans d’histoire de l’immigration en France. Le parti pris adopté est celui d’un parcours thématique prenant en compte la chronologie historique. Cette exposition m’intéresse particulièrement car elle s’appuie sur une quantité importante d’objets venant raconter l’immigration. Et certains protagonistes présentent des objets de leur voyage devant la caméra. Sortie 2 (4h) : Festival du CINÉMA DU RÉEL au Musée Georges Pompidou à Paris. Nous irons assister à une projection d’un film documentaire qui sera en lien avec notre thème «L’archéologie familiale» dans le plus grand festival du documentaire. Sortie 3 (4h) : LE BAL près de la Place Clichy à Paris LE BAL crée par le photographe Raymond Depardon et dédié à l’image-document, est une plateforme indépendante d’exposition, d’édition, de réflexion et de pédagogie, dédiée à l’image contemporaine sous toutes ses formes : photographie, vidéo, cinéma, nouveaux médias. Son pôle pédagogique, est de permettre aux jeunes de penser le monde en images, former des regardeurs, actifs et concernés par les profonds bouleversements qui traversent nos sociétés. Nous irons visiter l’exposition temporaire accompagné d’un conférencier.

L'analyse critique permet d'expliciter la démarche de l'artiste / du scientifique et le sens du projet

Les temps de réflexion permettent d’expliciter la démarche de l’artiste/du scientifique et le sens du projet auprès de la classe. Ils ont obligatoirement lieu en présence des élèves et deux heures minimum doivent y être spécifiquement dédiées.
  • Les temps de réflexions se présenteront à plusieurs reprises durant l’année. Tout d’abord lorsque sera présenté cet atelier, nous questionnerons aussitôt les termes du sujet tels que : l’archéologie, la trace ou la mémoire. Puis cela nous amènera à réfléchir à d’autres notions liées à ces premières comme la micro-Histoire, le transculturel, l’héritage et la filiation. Aussi, nous insisterons l’enseignant et moi-même sur le sens de l’histoire mais aussi sur l’importance de la connaissance des origines et des récits fondateurs. Nous inciterons alors les élèves à considérer autrement leur propre histoire familiale. Et nous les pousserons à mettre en avant ce qu’ils imaginent peut-être comme sans intérêt, car nous sommes conscients que ce sont les petites histoires qui créent la grande Histoire. Avant chaque sortie, nous tenterons, l’enseignant et moi-même d’inscrire ce lieu dans la logique de notre atelier. Nous leur présenterons le lieu et nous insisterons sur les ponts à dresser entre notre documentaire en cours et les objets de la migrations, les différentes formes documentaires ou bien la place du réel dans la création contemporaine. Puis nous rencontrerons des conférenciers ou des intervenants qui viendrons enrichir notre réflexion et élargir nos horizons. Et enfin, une fois notre film réalisé nous pourrons constater à quel point chacun de nous raconte une partie de notre monde et comment chaque signe, chaque objet peut donner un sens à nos vies et au monde.

La restitution, temps de cloture du projet

Le temps de clôture offre une visibilité du chemin parcouru aux pairs, à la communauté éducative et au-delà et adopte une forme originale qui ne cherche pas uniquement la présentation d'une oeuvre réalisée par les élèves.
  • Une fois ce film réalisé, nous organiserons une projection-débat au sein du collège. Les élèves présenteront cet atelier et les enjeux de ce travail puis ils pourrons répondre aux questions de la communauté éducative. Par ailleurs, il sera possible de retrouver chacune des vidéos indépendamment sur le blog «Archéologie familiale au collège…». En effet chaque entretien sera présenté en vidéo sur ce blog et il sera aussi possible d’y ajouter d’autres vidéos comme les making off de cet atelier ou des vidéos réalisées par les collégiens sur ce même dispositif : un personnage, 3 objets, 3 histoires. Et enfin, je propose aussi que soient présentés lors des portes ouvertes, plusieurs moniteurs placés dans différentes salles et qui diffuseront chacun un seul entretien. Cela s’apparentera alors à une chasse aux trésors où chaque salle présentera trois objets et trois histoires à travers une vidéo.

3. Co-construction du parcours

Liens avec les différentes entrées du projet d'établissement et notamment de son volet culturel.
Les axes du projet d’établissement auxquels il est fait référence sont explicités et le parcours a pour ambition de s'ouvrir à l'ensemble de l'établissement (rencontres avec d'autres classes, chantiers d'étape ...).
  • Ce projet semble s’inscrire entièrement dans le projet d’établissement du collège Albert Camus à Rosny-sous-bois, et notamment dans son volet culturel car en premier lieu, il vise à donner une voix à chaque enfant et à chaque histoire. Ce projet permet aussi de mettre en lumière les origines et les histoires de chacun pour mieux s’affirmer demain. La réussite des élèves passent en grande partie par l’affirmation de soi et de sa propre histoire familiale. Aussi ces histoires viennent refléter la variété culturelle d’une classe et d’un établissement, et permet ainsi de lutter contre les discriminations. Par ailleurs, cet atelier propose une large ouverture sur l’extérieur. Déjà en proposant d’écouter des histoires venues d’ailleurs, mais aussi en s’ouvrant sur des lieux culturels tels que le Bal ou le musée de l’immigration qui proposent des regards attentifs sur les femmes et les hommes de toutes origines. Cet atelier tout comme ces différentes sorties culturelles visent à mettre la lumière sur ceux qu’on ne voit très peu. Enfin ces collégiens acquerront durant ce programme des connaissances cinématographiques, mais aussi plus largement un autre regard et un questionnement sur les «images-documents» (photos d’archives, films documentaires…) aux sources des histoires. Ils découvrirons aussi les techniques cinématographiques comme l’art de la lumière, la prise de vue, la prise de son et le montage.
Liens avec les enseignements et notamment celui de l’histoire des arts. Les objectifs sont explicités par discipline et en lien avec le socle commun de compétences et de connaissances
  • Ce programme semble à la croisée des chemins de plusieurs enseignements. Tout d’abord, cet atelier tient à questionner les origines de chacun et ainsi à faire appel à des connaissances appartenant à l’Histoire de l’immigration, aux flux migratoires, à l’Histoire sociale au XXème siècle ou encore à des notions d’archéologie (vestiges, fouilles). Par conséquent, nous tisserons des liens évidents avec l’enseignement d’Histoire Géographie. Aussi, nous traverserons des problématiques appartenant à l’enseignement du Français, notamment quand nous ferons appel à l’art du récit et de l’argumentation. C’est le récit, en effet, qui tracera le lien entre les objets de la mémoire familiale et l’Histoire. Et enfin, les ponts avec les arts plastiques et l’histoire de l’art seront mis en évidence grâce aux études des images provenant des documentaires et de la photographie visionnées en atelier ou lors des sorties au musée. Et aussi, réaliser un film demande de faire appel à toutes une série de connaissances techniques allant de la photographie, à la lumière en passant par le son, l’art du décor et le montage vidéo.

Application MICACO | Date : 21/09/2017